CONCERT- DISTANT WORLD A LONDRES

Publié le par odallem

DWlogo.jpg

 

Le 05 novembre dernier se tenait au Royal Albert Hall de Londres un concert symphonique unique dédié à la mythique série Final Fantasy. Pas loin de 5000 fans ont répondu présent à l’évènement pour rendre hommage à la série culte de Square Enix et tout spécialement à son compositeur fétiche Nobuo Uematsu. Il était émouvant de voir réuni à cette occasion un public aux horizons très divers pour revivre les moments musicaux cultes d’une série qui, rappelons-le, devait être en 1987 la « dernière fantasy » d’Hironobu Sakaguchi. Nous étions présents à l’évènement et nous vous proposons aujourd’hui de revivre avec nous le programme de ce concert inoubliable.


Une tournée attendue

Les concerts dédiés aux jeux vidéo, et plus spécifiquement aux RPG ne sont pas nouveaux en soi. En 2002 déjà se tenait au japon le premier concert dédié à la série « FF ». Le succès de ce spectacle est d’ailleurs tel qu’en 2004 un tour du Japon est entrepris. En 2005, un dénommé Arnie Roth prend la direction d’un orchestre symphonique ayant pour but de rejouer les thèmes mythiques de la série au cours d’une tournée aux Etats-Unis. Cette tournée séduit les membres de la bande de Uematsu et du groupe The Black Mage qui, en 2006, rejoignent à leur tour le groupe. Officiellement, Distant World voit le jour à l’occasion du 20ème anniversaire de Final Fantasy. Celui-ci tient sa première représentation à Stockholm en 2007. Depuis, le groupe s’est régulièrement produit en Amérique du Nord, en Asie et en Australie. En plus d’une tournée mondiale, le groupe sort également deux CD et un DVD du concert de Tokyo en 2010. Autant dire qu’un passage en Europe était attendu de pied ferme !

 

royal_albert_hall.jpg

Le Royal Albert Hall vu de l'extérieur

 

Le concert

 

Distant World a choisi pour son premier passage sur le vieux continent l’une des salles de spectacle les plus célèbres au monde : le Royal Albert Hall. Situé dans le quartier de Kensington, le bâtiment est d’une forme ovale et possède un dôme impressionnant surplombant sur plus de 41 mètres les spectateurs. La salle possède une excellente acoustique ainsi qu’une orgue de plus de 10 000 tubes. C’est donc au sein de cet impressionnant espace « royal » crée en l’honneur de la Reine Victoria et du Prince Albert que nous prenions place pour revivre les thèmes inoubliables de la série Final Fantasy.

 

DSC02510

La salle de concert

 

Le concert s’ouvre sur le prélude, ce qui a pour effet de capter immédiatement l’attention de tout l’auditoire. Les notes sont délicates, légères et nous ramènent en quelques secondes dans tout l’univers magique des « FF ». Puis, l’ambiance se dynamise et s’envole littéralement sous les chœurs de Liberi Fatali de Final Fantasy VIII. Parallèlement, deux écrans géants situés de part et d’autre au-dessus de l’orchestre mettent en scène cette introduction géniale en reprenant ça et là des séquences vidéo de ce huitième opus. Le concert vient tout juste de commencer que nous sommes déjà happés par nos souvenirs. Le public est enthousiaste et salue de vive voix la performance des musiciens. Ceux-ci entonnent alors le Victory Thème de la série  puis poursuivent sur Don’t be Afraid.

L’ambiance change ensuite quelques instants et nous emmène loin, à Zanarkand, revivre l’histoire de Tidus et Yuna. L’émotion est grande et le public salue toujours avec le même enthousiasme le chef d’orchestre et ses musiciens.  Moins connus, Memoro de la Stono est l’occasion pour beaucoup de découvrir l’univers musical du onzième épisode. Nous revenons ensuite à des thèmes plus connus par les joueurs avec You’re not alone, qui résume assez bien l’univers sentimental et mélancolique des aventures de Djidane.

L’orchestre fait ensuite un bond dans le temps à travers le très dynamique thème Clash on the Big Bridge de Final Fantasy V, avant de revenir sur le très émouvant Aerith theme de FFVII. Nous restons ensuite sur des thèmes « sentimentaux », puisque l’orchestre enchaine de suite après sur FF IV et son Theme of love, puis Kiss me goodbye de FF XII. Enfin, le groupe nous propose un Medley des diverses musiques de Chocobos, ces petites créatures jaunes toujours aussi craquantes et rigolotes. Un intervalle de 15 mn clos cette première partie riche en émotion, le temps pour nous de partager nos impressions autour de quelques rafraichissements.

La deuxième partie du concert se voudra encore plus épique que la première. Tout d’abord, Distant World joue habilement sur l’émotivité et la nostalgie des joueurs du septième opus en reprenant Bombing Mission. La reprise est parfaite, et les musiciens enjoués reçoivent un tonnerre d’applaudissement, montrant ainsi tout l’engouement suscité par Final Fantasy VII.

Puis, le groupe nous fait revivre, quelques instants, toute l’intensité du dernier combat de final fantasy VI avec le fameux Dancing Mad. La noirceur et l’aspect « chaotique » du thème sont ici parfaitement retranscris, malgré quelques imperfections laissées par l’organiste lors de la troisième partie du morceau. Suite à ça, un Medley transversal au Ier et IIIème épisode nous est proposé avant de revenir à nouveau au septième opus avec le très nerveux thème de Jenova. L’incontournable Eyes on Me de Final Fantasy VIII redonne ensuite un peu de douceur au concert avant de s’électriser à nouveau avec Blinded by Light de FF XIII.

Avec une reprise magistrale de plus de 12 minutes, l’Opéra Maria and Draco de FFVI est l’autre moment fort du concert. Rarement un  thème de jeu vidéo n’a, à ma connaissance, été aussi bien retravaillé que celui-ci. Le morceau est littéralement transcendé par les musiciens. Après un nouveau tonnerre d’applaudissement, l’ambiance se calme, la lumière se tamise un peu, puis laisse place pour clôturer ce concert aux notes du mémorable Terra’s Theme.

Joué avec une grande mélancolie, ce morceau laisse planer dans l’air une émotion d’une rare intensité. De part et d’autre de la scène, les deux écrans nous font revivre en images le fameux opening de ce sixième épisode où défilent à la place des crédits du jeu ceux du concert le tout dans une ovation générale remarquable. Le public se lève, applaudit avec une grande émotion les artistes qui les ont fait rêver deux heures durant, puis, dans une ambiance indescriptible, acclame Nobuo Uematsu lorsque le nom de celui-ci apparait à l’écran. Pour clôturer ce concert, Uematsu se joint en personne aux chœurs de Distant World pour interpréter dans un final explosif l’incontournable One Winged Angel.

 

DSC02529

Notre rencontre avec Yasonori Kitase, un des principaux créateur de la série Final Fantasy

 

Bilan

La partition de ce concert aurait pu être un sans-faute. Mais quelques lacunes sont incontestablement venus gâcher un peu la fête lorsque l’on pense d’une façon générale à la très moyenne prestation des cuivres ou encore aux quelques bévues laissées par l’organiste lors du Dancing Mad. Aussi, est-il regrettable que l’attention de Distant World se soit essentiellement focalisée sur les VIème, VIIème et VIIIème épisodes, laissant ainsi sur la touche bon nombre d’autres morceaux incontournables de la série. Quoiqu’il en soit, ce concert était vraiment un moment inoubliable pour tout fan de la série qui se respecte. Rassurez-vous, si comme nous vous avez été un jour fan de la série et que vous êtes en mal de frisson et de nostalgie, Distant World sera de retour à Londres en Novembre 2012. Le rendez-vous est pris !

Publié dans Insolite

Commenter cet article

Homic86 10/01/2012 08:40

Tiens, un petit clin d'oeil de la part de l'équipe de dév de Deus ex (Eidos Montréal). Aprés, le jeux et distribué par Squarenix.
http://www.gaminfo.fr/wp-content/uploads/2011/08/ff27.jpg

MrCroft 07/01/2012 21:14

Malgré les imperfections, très beau concert ! On en redemande !